Dans cette note j'exprime comment je perçois la Gauche en ce moment, et quel est mon sentiment vis à vis du Front de Gauche. Je ne veux et ne peux faire un état des lieux précis et je m'excuse auprès des militants des différentes composantes de la gauche si ma note par ses approximations et ses oublies les heurte, les commentaires sont là pour qu'ils expriment leurs réprobations ou ajoutent des compléments à mes dires.

Je sens qu'il est nécessaire de réfléchir aux relations du Front de Gauche et des autres entités du reste de la gauche, de se poser la question du paysage des gauches actuellement en France pendant ce moment si particulier que constitue une campagne présidentielle.

Le PS continue dans l'ensemble à se croire hégémonique et incontournable. N'ayant besoin d'aucune autres forces politiques que ses supplétifs habituels (PRG...) pour gagner ces élections.

Le NPA est retombé dans les travers d'un isolement idéologique similaire à celui de LO. Les contradictions de ces deux mouvements sont qu'ils exacerbent la critique de ces scrutins, mais qu'ils y participent quand même pour des raisons qui semblent purement comptables.

EELV a fait le choix de l'autonomie pour la présidentielle mais rejoint les supplétifs du PS pour les législatives par pur opportunisme.

La stratégie du Front de Gauche est tout autre. Elle est née de la longue et difficile mutation des mouvements qui ont mener la bataille de l’élection référendaire de 2005, par une lente mais constante convergence des stratégies misent en œuvre lors des différents scrutins depuis. Même s'il a existé des moments de grandes ruptures comme ce fut le cas aux élections de 2007, l'écheveau complexe des réseaux nés en 2005, voire dans les mouvements sociaux ponctuant la décennie précédente (1995 ou 2003 par exemple), est resté suffisamment vivace pour permettre des reconstructions. Les différentes expériences acquises lors de ces différentes séquences a été un terreau pour la construction de ce mouvement atypique qu'est le Front de Gauche. C'est l'accumulation de ces expérience qui font la richesse militante du Front de Gauche.

Les militants ayant participé à la campagne de Bové en 2007, ont acquis des savoirs-faire dans la gestion d'une pluralité de mouvements (décroissants, alternatifs, membres du PCF, écologistes de , mais aussi électrons libres et non-encartés). Pour beaucoup ils ont su construire une organisation souple et ouverte qui correspond à une nouvelle forme de militance. La Fédération pour une Alternatives Sociale et Écologique a permis à beaucoup de se retrouver en son sein en quittant des partis préexistants tout en minimisant les rancœurs.

Les militants du Parti de Gauche ont réussi leur douloureux divorce d'avec le PS. Ce choix n'était facile pour personne, Jean-Luc Mélenchon l'a d'ailleurs très bien expliqué. Et les militants qui ont choisi de rester au PS montrent que ce choix n'est pas évident.

La Gauche Unitaire est le pendant du Parti de Gauche, né d'un divorce avec le NPA. Là aussi il faut prendre en compte la douleur de laisser derrière soit une histoire commune de prêt de quarante ans n'a pas dû être facile pour ces militants.

Les militants du PCF quand à eux représentent la plus grande part des militants du Front de Gauche. Je reste agréablement surpris que ce grand parti très hétérogène ait pu surmonter ses réflexes boutiquiers qui avait conduit à l’échec de candidatures communes en 2007. Il reste cependant encore en son sein de grandes disparités de visions quand aux stratégies à adopter vis à vis du Front de Gauche et des autres entités de l'ensemble de la Gauche. N'ayons pas l'angélisme de nier ceci, car il reste encore pas mal (trop) d'éléments qui sapent les fondations de la construction complexe et encore fragile qu'est le Front de Gauche.

Et surtout il y a une grande masse encore invisible de militants qui ne se reconnaissent dans aucunes des composantes du Front de Gauche et qui pourtant adhèrent à sa stratégie et à son programme. Pour ma part c'est dans celle-ci que je me trouve bien qu'ayant toujours été séduit par la démarche de la FASE. La campagne en cours doit permettre au Front de Gauche de mettre en place les dispositifs de l'accueil de ces militants en son sein... Et je sens que les choses se mettent en place dans ce sens, ce qui me réjouis au plus haut point.