Gratteur de Terre

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sous la poussière du temps

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 19 septembre 2011

Sous la poussière du temps

En triant mes carnets de terrain, je suis tombé sur une mine d'or...

En fait d'autres carnets qui ne sont que collation d'écrits débridés de mes années d'étude...

C'est toujours avec nostalgie que l'on se penche sur l'épaule de l'étudiant qu'on a été...

En relisant ces notes je comprends à quel point je n'ai pas trop changé, je n'ai pas trop vieilli, les mauvaises langues diront que je n'ai pas trop évolué...

Je pense que la situation actuelle éclaire pourtant mes écrits d'il y a prêt de 20 ans... La révolte qui transpire de ces écrits contre l'état du monde, reste la même en moi dans un monde qui a empiré.

Nous sommes au début 1992, l'année de la conférence de Rio, quand j'entame ce carnet. Je suis en deuxième année de DEUG B, option géologie, et ça se passe mal au vu des commentaires qui parsèment les écrits. Ceux-ci sont très inégaux et hétéroclites...

Je ne montrerai que ceux qui valent de sortir de sous la poussière du temps...

Ils seront à rechercher dans la catégorie du même nom, leur date de publication sera celle de leur écriture, à rechercher bien avant le premier billet de ce blog.

mercredi 27 mai 1992

Che et Gaia

Il attendait de la Révolution

Beaucoup de chose

Que le Monde change

Que le Tier-Monde se donne la main

Et tienne tête au capitalisme

Che, che, che Guevara

Ton idéal n'est pas tout à fait mort

Le socialisme, le communisme

Ne sont pas des idées nouvelles

Certes, mais eternelles

Che Guevara, tu es mort au combat

Mais

Ils ont creusé la Terre, lui ont mangé ses entrailles

Ils ont salopé l'air

Ils ont pollué l'eau

Et que reste t-il pour nos enfants de cette belle planète ?

Entend mon cri Gaia, je ne veux pas te voir mourir

Défend toi, contre l'Homme,

Mauvais amant qui ne fait que prendre sans jamais donner

Écoutez, écoutez les gens qui savent, les gens qui sentent la mort proche de notre Terre.

Écoutez, Michel Serres, Théodore Monod et autres Albert Jacquard

René Dumont tu as raison d'insulter les dirigeants de tous ces pays dégueulasses !

lundi 4 mai 1992

La richesse de la Vie

Que la Vie semble inébranlable sur le piédestal de tant d'années. 3,2 milliard d'années, ce n'est pas rien, se serait même le cinquième de l'âge de l'Univers. Et encore nous ne connaissons que la vie de la Terre... Peut-être qu'ailleurs...

Je ne suis pas tout à fait certain que tous les hommes réalisent la richesse que porte notre monde.

Ce n'est point le métal jaune, ni cette pierre dure, mais c'est la Vie. Ce qui est rare est cher. La Vie semble la chose la plus rare de l'Univers, donc la chose la plus cher à mes yeux.

mercredi 15 avril 1992

L'horizon de mes espérances

Je crains que l'on de se fourvoie totalement sur le sens de sa vie. Respirer, manger, dormir, comprendre, apprendre et regarder l'Histoire des hommes en marche, quelque soit la grandeur ou l'horreur.

Je suis fatigué des illusions. Mon avenir n'est qu'un épais brouillard qui jamais ne se lèvera sur l'horizon de mes espérances...

mercredi 8 avril 1992

Isaac Asimov et Yasser Arafat

Isaac, il est des hommes que l'on s'imagine immortel et quand survient le rude instant, on est d'autant plus surpris que l'on appréciait cet homme.

Dans le désert des mots, surgit l'infini de ma pensée et je préfère taire en moi le sanglot qui m’étreint. 

Merci au destin d'avoir épargné Arafat. Il n'aurait point fallu que deux visionnaires périssent si proche l'un de l'autre dans le temps.

Le combat peut continuer...

lundi 6 avril 1992

La bête immonde

Est ce que la bête immonde

Sera encore féconde

je la veux moribonde


Et tous ces va-t'en-guerres

Ne les laissez pas faire

Il ne faut plus penser

Comme à l'Âge de Fer


La guerre est une honte

Il faut que mon cri monte

Que tous les hommes enfin

Choisissent pour leurs enfants

Un avenir plaisant


Je me rend compte combien

Il est facile d'être mouton

La race des mutins

Est en voie d'extinction


Bravo télévision, tu as fais du bon boulot

Big brother is the TV

Sur la planète Terre

Serons nous enfin frères

Ferons nous enfin taire

La misère, la guerre

Refrain :

Big brother is watching you

is washing your head

outside inside

but you don't say stop

Big brother is the TV

Big brother is the radio

They made your head square

Say STOP and read Orwell and see where world go

If you won't be a square head with shorts ideas


Sur notre pauvre monde

Retentissent les bombes

Et l'on n'écoute pas

Au rythme du combat

L'homme qui perd ses bras

Et l'on ne regarde pas

L'enfant qui meurt là-bas

Refrain

L'on se voile la face

Pour ne pas voir en face

La misère, la faim

The life is free

To disapare of our world

If Man is mad

Abrutissez vous de tous ces jeux télévisés

Et vous aurez la tête carré

Not let's power in hands of man who had blood on it

mercredi 11 mars 1992

La splendeur de la Vie

L'arborescente forêt lui dévoilais ses charmes. Il compris enfin la splendeur de la Vie et son incommensurable diversité ; chaque feuille était une entité individuelle, chaque insecte une preuve de la complexification poussé, chaque moisissure avait une chimie incompréhensible. Tout était profusion de questionnements et interrogations. Mais bien vite, il réalisa que l'Homme était en train de détruire les pages du gigantesque livre de l'évolution sans en lire le contenu. Tout autour de lui semblait être en sursis prêt à être sacrifié sur l'autel du rendement et de l'enrichissement de quelques gros occidentaux.

lundi 9 mars 1992

La vie, la mort

Il ne faut pas que je considère la vie comme une fin mais comme un moyen...

La vie est le moyen le plus simple pour tendre vers la complexification.

Le minéral et l'inerte ne peuvent que tendre vers la simplification.

La mort est une simplification de la vie...

dimanche 2 février 1992

La condition de l'Homme

La condition de l'Homme est bien mal en point...

Le bourgeois a gagné et a su écraser les autres, polluer notre planète pour le veau d'or nommé Argent.